Italie Les restrictions COVID-19 s’appliquent à tous les employés polonais

Italie Les restrictions COVID-19 s’appliquent à tous les employés polonais

En Pologne, la liste des législateurs du Conseil des ministres est un projet de loi destiné à introduire des solutions qui permettraient aux employeurs d’obtenir des informations sur la vaccination, une infection par le SRAS-CoV-2 ou un effet de test négatif valide.

Dans moins de deux semaines, une nouvelle loi commencera à entrer en vigueur en Italie, qui liera la lutte contre la pandémie et aura avec elle l’obligation dite des travailleurs. passe verte. Ces informations concernent l’adoption d’un vaccin COVID-19 ou un résultat négatif. Les nouveaux codes italiens s’appliquent non seulement à leurs propres citoyens, mais aussi à tous les travailleurs détachés en Italie, indirectement obligés de se soumettre et de tester une vaccination, et à leurs employeurs d’observer les conditions de travail dans ce pays.

Le non-respect de ces réglementations signifiera le retour des employés en Pologne et l’obligation de payer des sanctions pécuniaires. La loi italienne va aussi plus loin : des travailleurs sont pendus, parce qu’ils les privent du droit au salaire pour ne pas avoir fait un pas vert. Cependant, à notre avis, cette sanction ne peut être appliquée aux travailleurs détachés. Le principe des prestations exige que les conditions existantes dans le pays d’emploi soient maintenues, si les travailleurs sont plus productifs que ceux du pays d’emploi.

Les employeurs polonais qui envoient des travailleurs en Italie, en revanche, devront se demander s’ils peuvent être vaccinés contre le COVID. Dans l’ensemble, et à notre avis, il y a au moins plusieurs raisons à cela. En particulier, la nouvelle règle italienne est une étape importante vers le travail sur la vaccination ou la certification cyclique. Par conséquent, afin de remplir l’obligation légale, l’entrepreneur doit savoir si le salarié détaché est autorisé à travailler sur le lieu de travail.

Données de santé et de vaccination sensibles selon l’art. 4 point 15 de l’ordonnance (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relative à la protection des personnes physiques contre le traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces informations et abrogeant la directive 95/. 46/CE (Acte de la législation n° UE de 2016 L 119, p. 1 ; GDPR). Leur processus est donc soumis à une réglementation particulière, mais avec les exceptions prévues par le RGPD (par exemple, il est nécessaire de remplir des obligations dans le domaine du droit du travail ou des exigences pour des raisons liées au secteur de la santé publique), l’acquisition et le traitement des informations fournies par le délégant sera possible. Le deuxième fondement du processus de sensibilisation à la vaccination est la nécessité de remplir les obligations prévues par la loi, telles qu’énoncées à l’art. 207 par. 2 Lois du 16 juin 1974 – Code du travail (i.e. Lois 2020, article 1320), l’obligation d’assurer des conditions de travail sûres et hygiéniques. Afin que les employés puissent contrer une éventuelle infection par le SRAS-CoV-2 et des dommages possibles à la santé ou à la vie à cause de cela, un employeur doit savoir si l’employé a été vacciné ou non vacciné, et est donc plus sujet aux conséquences néfastes pour la santé. .

En ce qui concerne le transport en Italie, la question peut également se poser de savoir s’il peut obliger les travailleurs à se soumettre à des examens covidas postés et qui les paiera: un employé ou un conducteur. Rappelons qu’en plus de la nouvelle loi italienne sur la vaccination, l’accès au bâtiment sera également la base de preuves négatives.

Il faut dire que le travail d’un salarié est de remplir les obligations imposées par le droit public qui déterminent la préparation au travail – l’issue négative d’un essai (selon le certificat de vaccination) condition des salariés à effectuer un travail. À notre avis, il n’y a aucune raison pour que l’employeur paie pour l’employé approuvé. La nouvelle obligation imposée par le législateur italien appartient principalement aux travailleurs. Ils sont tenus de prouver qu’ils peuvent assumer la tâche parce qu’ils ont rempli leurs obligations de droit public. Il y a un employé qui doit faire tout ce dont il a besoin pour être prêt à travailler, il doit donc lui faire passer un test COVID-19. Il n’y a pas non plus de raisons de prendre du temps pour travailler pendant les heures de travail.

L’omission de soumettre une vaccination d’employé sera une situation très désavantageuse. Dans ce cas – si un employé décide de ne pas passer les examens périodiquement et perd l’accès à son travail – le propriétaire ne pourra pas le lui permettre. S’il le faisait, il encourrait une amende de 400 à 1 000 euros (tant qu’un salarié est passible d’une amende de 600 à 1 500 euros). Tout cela signifie que la disposition cessera d’être bénéfique, il sera donc raisonnable de la résilier et de retourner en Pologne en tant que travailleur, puis également de résilier le contrat avec le travailleur détaché, si dans ce cas l’utilisation d’un sens supplémentaire cesse. .

D’autres pistes commencent en Italie. En Pologne, la liste des législateurs au Conseil des ministres est un projet de loi visant à introduire des solutions permettant aux employeurs d’obtenir des informations sur la vaccination, l’infection par le SRAS-CoV-2 ou sur un test de diagnostic négatif valide. SRAS-CoV-2. Le projet offre également la possibilité d’obtenir des informations sur la vaccination, l’infection ou la possession de testicules de diagnostic avant d’entrer en relation avec un demandeur d’emploi. Cette proposition n’est toujours pas à l’ordre du jour du Conseil des ministres. De plus, on ne sait pas quand, ni quand, ce qui se passera. La raison du retard du projet de loi peut encore être l’absence d’une majorité parlementaire qui le soutiendra. Selon les médias, les partenaires sociaux ont également exprimé une opinion négative sur ces solutions.

Italie : Tous les mercenaires doivent être vaccinés.

France : La vaccination est obligatoire pour les professionnels de santé. Une personne qui ne reçoit pas de vaccin du dos peut être suspendue des services sans droit à rémunération.

Allemagne : les travailleurs ne sont pas tenus d’être vaccinés. Cependant, à partir du 1er novembre, un homme non vacciné qui devra payer un liard ne sera pas indemnisé de sa perte de salaire.

Grèce : Les soins professionnels doivent être vaccinés. Ceux qui n’ont pas reçu de vaccin ou contracté une dose de COVID-19 peuvent être suspendus gratuitement.

Royaume-Uni : les travailleurs doivent être vaccinés en tant qu’infirmières. Les personnes non vaccinées peuvent soit être déplacées vers des postes qui ne nécessitent pas de contact avec les détenus, soit être licenciées. Le gouvernement n’exclut pas que les travailleurs de la santé soient couverts par les exigences de vaccination.

Slovénie : à partir du 1er octobre, les fonctionnaires doivent être vaccinés.

USA : Les salariés de plus d’une centaine de personnes utilisant cette vaccination doivent se soumettre à des tests réguliers.

Les réglementations en vigueur depuis longtemps en Italie pour les personnes venant dans ce pays depuis le territoire de la Pologne sont nécessaires pour certifier un diplôme COVID : Achèvement de l’ensemble du cycle de vaccination au moins 14 jours avant d’entrer en Italie (un vaccin approuvé par l’UE) histoire de COVID -19 maladie ou un effet négatif du test sur écouvillon . De plus, en août et début septembre, les normes italiennes restreignent considérablement ce qui est en violation des enregistrements COVID-19, permettant l’accès à la plupart des installations publiques ou par les transports publics uniquement aux personnes possédant un passeport Covid. La dernière étape est donc une autre étape pour amener le public à se faire vacciner, malgré le fait que des restrictions pour les personnes non vaccinées soient en place depuis un certain temps.

Kamil Nazimek – avocat junior au PCS Paruch Chruściel Schiffter Mineur Mondial
Paweł Sych avocat, avocat senior chez PCS Paruch Chruściel Schiffter Mineur Mondial
30/09/2021

***

je vois

Les panneaux solaires sont-ils comme des passagers clandestins ?
MarketNews24